Comment soigner un syndrome rotulien ?

par | 12 janvier 2021

Cette actualité appartient aux catégories suivantes : Autres pathologies

Syndrome rotulien genou

Syndrome rotulien est l’appellation que l’on donne aux différents problèmes liés à la rotule et à l’articulation du genou, sans qu’il y ait ni luxation ni anomalie anatomique. Ce sont des pathologies relativement fréquentes de la rotule ou de ses attaches.

 

Syndrome fémoro-patellaire cause

Le syndrome rotulien se manifeste souvent à l’adolescence, quand la croissance des structures osseuses, parfois déséquilibrée, met l’articulation en tension. Il peut également survenir à partir de 35/40 ans, dû à une activité professionnelle physiquement contraignante ou au démarrage brutal d’une activité sportive.

 

Syndrome rotulien symptômes

Le symptôme principal est subjectif : une sensation de faiblesse du genou (genou qui « lâche », impression de déboîtement). D’autres signes sont possibles : blocage du genou en flexion ou en extension, difficulté à se relever après une longue période assis, douleurs quand le patient monte et descend des escaliers ou une pente importante (par exemple, dans les descentes, la personne a du mal à freiner la flexion du genou).

 

Syndrome fémoro-patellaire que faire : diagnostic

Il est primordial de s’en préoccuper car avec le temps, le quadriceps (muscle de la cuisse), moins sollicité, va fondre. De ce fait, les tendons maintiendront moins bien la rotule, ce qui risque encore d’aggraver le syndrome.
En consultation, le médecin commencera par observer la mobilité du genou (rotation, extension), la force musculaire, les points douloureux. Une radiographie standard confirmera le diagnostic et vérifiera l’absence d’anomalie anatomique.

 

Syndrome rotulien traitement naturel

Dans un premier temps, le traitement consistera à diminuer les sources d’inconfort grâce à une mise au repos temporaire. Cela peut s’accompagner de la prise d’antalgiques. Mais l’essentiel du traitement repose sur des exercices de kinésithérapie, établis spécifiquement en fonction des problèmes constatés sur les radiographies. La rééducation permettra notamment de rendre du tonus aux différents muscles de la cuisse pour mieux contrôler les mouvements de la jambe, mais également de les assouplir pour éviter les raideurs. Cette prise en charge s’étale sur une durée importante, comprise entre trois et six mois.
Des exercices quotidiens d’étirements sont par ailleurs conseillés pour compléter la rééducation, ils doivent cependant être pratiqués en suivant scrupuleusement les conseils du kinésithérapeute.

 

Syndrome rotulien traitement chirurgical

Dans les cas exceptionnels où ces traitements « naturels » du syndrome rotulien ne donnent pas les effets escomptés (par exemple si le trajet de la rotule a beaucoup dévié), une intervention chirurgicale pourra être envisagée. Divers examens complémentaires viendront d’abord préciser le diagnostic : scanner, arthrographie, ou imagerie par résonance magnétique nucléaire.
La chirurgie orthopédique permettra ensuite, si besoin, de rectifier la zone d’insertion des tendons pour que l’articulation puisse retrouver un fonctionnement normal. D’autres gestes seront éventuellement pratiqués en fonction des problèmes détectés, pouvant être de nature diverse.

 

Syndrome rotulien rééducation

Évidemment, à la suite d’une intervention, une période de repos est nécessaire. Au bout de plusieurs semaines, une rééducation adaptée sera mise en place et devra être suivie avec beaucoup de régularité. L’activité professionnelle pourra ainsi être reprise puis, progressivement, le sport.

Qu'avez-vous pensé de cette page ?

Note moyenne 5 / 5. Nombre de notes : 2

We are sorry that this post was not useful for you!

Let us improve this post!

Tell us how we can improve this post?

Dernières actualités de la chirurgie du genou

Genou gonflé : un signe de lésion du ménisque ?

Genou gonflé : un signe de lésion du ménisque ?

Une lésion du ménisque peut provoquer un gonflement du genou en raison de l’épanchement de liquide synovial. Ce symptôme n’est pas systématiquement présent et n’est pas, en soi, un signe de gravité. Mais, associé à d’autres éléments cliniques et radiographiques, il...