Tendinopathie du biceps fémoral

insertion distale biceps femoral douleur biceps femoral tendon biceps femorale docteur anthony wajsfisz chirurgien orthopediste specialiste du genou a paris

Anatomie de l’insertion distale du biceps fémoral

Sommaire – Accès rapide

Ce tendon provient de deux chefs d’origine : le long biceps issu de la tubérosité ischiatique et le court biceps inséré sur la ligne âpre et le septum intermusculaire et le long biceps. L’insertion terminale du biceps femoris est complexe. Elle se fait principalement par deux faisceaux, postéro-latéral et antéro-latéral sur l’apex de la tête fibulaire cernant l’insertion distale du ligament collatéral fibulaire (Fig 03). Le faisceau antéro-latéral se termine également sur la partie adjacente du tibia sur le tubercule infra-condylaire de Gerdy. S’en détache une expansion aponévrotique qui va se terminer au bord postérieur du tractus ilio-tibial.

Le biceps à un rôle de rotateur externe, important dans le football pour le shoot du plat du pied.

=

Tendinopathie du biceps fémoral

E

Contexte

Il s’agit d’une tendinopathie d’insertion qui reste rare. Elle survient volontiers chez le sportif utilisant la rotation externe dans son geste : footballeur, cycliste avec défaut d’orientation, cavalier
E

Examen clinique

Le morphotype est souvent en varus (facteur prédisposant). On recherche une douleur sur la partie distale du tendon, augmentée au test d’étirement (genou étendu, hanche fléchie, jambe en rotation interne) et de contraction contrariée (jambe en rotation externe active).
E

Examens complémentaires

Echographie – IRM
E

Traitement

Le traitement est médical : repos sportif, correction de geste. D’attitude, physiothérapie, semelles corrigeant un varus, rééducation excentrique. Le traitement chirurgical reste exceptionnel, il s’agirait d’un peignage longitudinal.
=

Ressaut du Biceps fémoral

E

Contexte

Le ressaut du biceps fémoral au genou est une pathologie rare (4), le plus souvent secondaire à une insertion distale anormalement antérieure que ce soit sur la fibula ou sur le tibia. Il existe dans tous les cas une anomalie d’insertion du tendon sur la tête de la fibula avec soit insertion trop antérieure sur la tête soit insertion tibiale prédominante ou unique.

Son incidence est très certainement sous-évaluée du fait de sa méconnaissance et il faut l’évoquer devant des douleurs latérales du genou à l’effort en particulier chez les jeunes athlètes. En effet, il semble que cette pathologie touche essentiellement cette population aux exigences physiques importantes. Il se présente soit comme un conflit douloureux lié au frottement lors de la flexion aux alentours de 110°, soit comme un ressaut parfois strictement indolore, parfois douloureux au cours de certaines activités ou de certains sports. Le cyclisme est le plus souvent en cause (vélo de route ou VTT).

E

Examen clinique

Le diagnostic est évident lorsqu’il existe un ressaut visible, parfois audible et souvent palpable. Il est par contre difficile en cas de conflit sans ressaut avec uniquement une douleur localisée autour de la tête fibulaire. Pour les cyclistes, elle survient souvent après un nombre de kilomètres toujours identique obligeant le sportif à arrêter son activité.
E

Examens complémentaires

Echographie – IRM
E

Traitement

En cas de ressaut indolore et sans gène fonctionnelle, aucun traitement n’est nécessaire. Lorsque le ressaut est douloureux, soit l’on propose un changement de geste ou un changement de sport. Si le patient souhaite poursuivre son activité, un traitement chirurgical devient logique. Celui-ci consiste en une désinsertion du tendon distal du biceps suivie d’une réinsertion en zone normale sur la partie postérieure de la tête fibulaire. On constate alors une disparition du ressaut ou du conflit en per-opératoire (Fig. 04). Certains auteurs ont proposé un geste sur la tête fibulaire (résection partielle) qui ne semble justifié qu’en cas d’anomalie exceptionnelle et évidente de celle-ci. La disparition du ressaut est constante en post-opératoire.

Désinsertion – réinsertion du biceps femoris

insertion of biceps femoris tendon docteur anthony wajsfisz chirurgien orthopediste specialiste du genou a paris
En cas de conflit douloureux sans ressaut palpable, le traitement chirurgical est moins certains avec une proportion d’échec d’environ 10%
=

Rupture isolée du biceps fémoral

E

Contexte

La rupture isolée est très rare, souvent cette rupture est dans un contexte de lésions postéro-latérales au cours des entorses graves avec atteinte du pivot central. Cette rupture isolée concerne essentiellement l’adulte sportif de la trentaine ou de la quarantaine et survient lors de mouvements sportifs, notamment au football lors de frappe en flexion de hanche, extension du genou dans le vide ou contrariée (5).
E

Examen clinique

Cliniquement, le tableau est typique avec une douleur vive postéro-latérale rendant impossible la poursuite de l’activité physique en cours au moment du traumatisme. Il n’y a pas d’hémarthrose rapportée. Le testing ligamentaire est normal. Le signe le plus caractéristique retrouvé à l’examen est la disparition à l’inspection et à la palpation du relief du tendon bicipital. S’y associe la présence d’un hématome sous cutané en regard de la tête de la fibula. On recherche également une douleur postérieure sur la portion terminale du tendon, augmentée en rotation axiale interne du genou. Il est bien sûr essentiel d’éliminer toutes lésions postérolatérales associées.

Vision per-opératoire d’une rupture isolée du biceps fémoral

rupture tendon biceps rupture biceps femoral rupture biceps tendon docteur anthony wajsfisz chirurgien orthopediste specialiste du genou a paris
E

Examens complémentaires

Echographie – IRM
E

Traitement

Le résultat fonctionnel ne peut être analysé car les différents types d’évaluation utilisée dans les différents case-reports de la littérature ne sont pas comparables. Le seul patient non opéré (7) a eu un excellent résultat fonctionnel avec un retour à son niveau sportif antérieur. Cependant la reprise sportive n’a pas été possible dans tous les cas rapportés. Etant donné l’importance et la complexité de l’action du biceps fémoral tant au niveau de la flexion active que de la stabilité postéro-latérale du genou, l’indication chirurgicale est souvent retenue : le mode de fixation, trans-osseuse ou suture aux parties molles adjacentes. L’immobilisation post-opératoire pendant 6 semaines à 30° de flexion semble la plus consensuelle
dr wajsfisz avis docteur anthony wajsfisz chirurgien du genou a paris specialiste genou paris

Docteur Anthony Wajsfisz – chirurgien du genou spécialiste, à Paris

Qu'avez-vous pensé de cette page ?

Note moyenne 4.2 / 5. Nombre de notes : 10

We are sorry that this post was not useful for you!

Let us improve this post!

Tell us how we can improve this post?