Syndrome de l’essuie-glace ou de la bandelette ilio-tibiale

=

Définition du syndrome de l’essuie-glace

Le syndrome de l’essuie-glace ( syndrome de la bandelette ilio tibiale) est une pathologie très fréquente chez le joggeur, elle l’est moins chez le cycliste ou le marcheur rapide. C’est la première cause des douleurs latérales du genou. Il s’agit d’une douleur latérale du genou à la course à pied qui survient après quelques kilomètres (habituellement 3 à 4) pouvant faire stopper la sortie. Cette douleur s’attenue à l’arrêt de la course et disparaît en 24-48h. Elle récidive à chaque course au même kilométrage.
=

Anatomie

La bandelette ilio-tibiale est une bandelette fibreuse réunissant un groupement de muscles à la hanche :

  • le muscle tenseur du fascia lata (TFL) en avant
  • le muscle grand fessier en arrière.

 

Elle s’insère au genou au du tubercule de Gerdy.

Dans la portion distale de son trajet, la bandelette va rencontrer la face latérale du condyle fémoral externe. C’est le frottement entre ce condyle fémoral et la bandelette qui, lorsqu’il est répété rapidement et de façon prolongée, devient douloureux. L’apparition d’une bursite (poche inflammatoire au contact de la bandelette) est la cause de l’origine douloureuse

syndromes de l essuie-glace syndrome essuis glace genou syndrome de l essuie glace genoux docteur anthony wajsfisz clinique drouot sport et arthrose
=

Biomécanique

L’angle de flexion du genou mettant le plus en contact l’épicondyle fémorale latéral et la BIT est situé entre 20 et 30° ; c’est exactement l’angle de flexion du genou le plus utilisé chez les coureurs et notamment chez les coureurs de fond.

La BIT va-et-vient sur l’épicondyle fémoral à chaque flexion/extension tel un essuie-glace qui passerait de part et d’autre de ce dernier à chaque foulée.

=

Etiologies (causes)

Les causes sont multiples et peuvent être associées entres elles :

  • augmentation de la fréquence d’entraînement
  • augmentation des charges d’entraînement
  • course sur chaussée bombée, usée et/ou en descente
  • semelles podologiques inadaptées
  • mal position du pied
  • changement de chaussure de running
  • genu varum excessif
=

Symptomatologie

Au début, dans la course à pied, le patient est asymptomatique puis une douleur strictement latérale s’installe au dessus de l’interligne articulaire en regard du condyle fémoral. L’intensité douloureuse varie selon l’activité :  d’une simple gêne jusqu’à atteindre des douleurs intolérables nécessitant l’arrêt totale de la course.

Ces symptômes se reproduisent à chaque reprise d’activité sportive avec un scénario identique. Le coureur lui-même exprime souvent cette régularité dans la douleur !.

Les douleurs apparaissent très souvent sur une même distance, mais elles peuvent survenir de plus en plus tôt en cas de course trop rapprochées.

=

Examen clinique

Le diagnostic est posé essentiellement sur l’interrogatoire et l’anamnèse. Il peut être conforté grâce à deux tests en cas de positivité :

  • le test de RENNE : apparition spontanée de la douleur en externe du genou lorsque le patient est en appui unipodal du côté pathologique, genou fléchi à 30-40°.
  • le test de NOBLE : le patient est en décubitus dorsal, la pression directe par le médecin de la face externe du condyle latéral réveille la douleur lors de la mise en extension passive du genou aux alentours de 30° de flexion.

L’examen clinique doit essentiellement éliminer tout diagnostic différentiel, notamment une lésion du ménisque latéral (grinding test) et tout epanchement intra-articulaire qui conduirait à la prescription d’une IRM

=

Examens complémentaires

Le diagnostic est clinique, donc aucun examen n’est utile
En cas de doute diagnostic, une IRM ainsi qu’une radiographie standard seront demandées
=

Le traitement

  • La prise en charge thérapeutique est essentiellement fonctionnelle : une rééducation adaptée est requise auprès de kinésithérapeutes (assouplissement, renforcement)
  • La réalisation de semelles valgisantes à bandes pronatrices externes visent à valgiser le patient afin « d’éloigner » le condyle latéral du fémur de la BIT
  • Le repos transitoire puis une réadaptation à la course à pied est nécessaire : objectif reprise de la course à pied sans douleur !
  • Changement de chaussure
  • Parfois l’infiltration de corticoïdes de la bursite peut aider à passer un cap
  • Le traitement chirurgical est exceptionnel. Il est proposé aux syndromes de l’essuie-glace extrêmement résistants au traitement médical. On réalise alors une plastie d’allongement du fascia lata +/- un désépaississement de celui-ci et/ou un rabotage de l’épicondyle fémoral latéral en cas d’anomalie anatomique.
dr wajsfisz avis docteur anthony wajsfisz chirurgien du genou a paris specialiste genou paris

Docteur Anthony Wajsfisz – chirurgien du genou spécialiste, à Paris

Qu'avez-vous pensé de cette page ?

Note moyenne 4.4 / 5. Nombre de notes : 15

We are sorry that this post was not useful for you!

Let us improve this post!

Tell us how we can improve this post?