La prothèse totale du genou : PTG

prothese du genou nouvelle generation 2019 prothese genou avis prothese de genou totale docteur anthony wajsfisz chirurgien orthopediste specialiste du genou a paris

Sommaire – Accès rapide

La prothèse totale de genou consiste à remplacer les trois compartiments de l’articulation du genou.
=

Quand proposer cette opération ?

Avant tout traitement chirurgical, le patient est généralement pris en charge dans un protocole thérapeutique médical. Si les douleurs liées à l’arthrose persistent et perturbe la fonction du genou dans la vie quotidienne alors l’opération peut être proposée. Il existe 3 critères fonctionnels qui permettent d’apprécier la gène liée au genou

  • la marche : combien de temps le patient peut il marcher d’une traite sans marquer de pause lié à la douleur de son genou ?
  • les escaliers : comment s’effectue la montée et descente des escaliers : marche à marche ? avec la rampe ? impossibilité ?
  • le relèvement de la position assise : aidé par les bras ?

L’importance de prise de médicaments pour lutter contre la douleur est aussi un bon indicateur de qualité de vie, comme le nombre d’infiltrations déjà réalisé ainsi que leur fréquence.

=

Quelle anesthésie pour une prothèse totale du genou ?

Le patient, le chirurgien et l’anesthésiste choisissent l’anesthésie utilisée pour la chirurgie. Habituellement une anesthesie loco-régionale est favorisée. De nouvelles techniques anesthésiques permettent de prolonger l’efficacité du traitement de la douleur au-delà du temps chirurgical.
=

Phase opératoire – déroulement de l’intervention

Le principe de l’opération est couper les zones de cartilages usées là où « l’os frotte contre l’os ». Une fois ces zones retirées au fémur, au tibia et à la rotule dans les arthroses évoluées. Ces zones sont recouvertes de pièces métalliques ayant la forme de l’os. Ces pièces ne pouvant pas frotter l’une contre l’autres (risque de débris de métal), nous interposons une pièce en plastique (poly-ethylène).
Prothèse Totale du Genou (PTG). L’arthrose ici est globale entre le fémur et le tibia (et la rotule) : les zones de cartilage blanches ont disparues (zones rouges) et l’os finit par frotter contre l’os. Ces zone d’usures sont retirées en coupant le tibia et le fémur. La surface tibiale est recouverte d’un plateau métallique surmonté d’un couvercle en plastique (Poly-éthylène). La surface fémorale est recouverte d’un « bouclier » métallique.
Le glissement de l’articulation s’effectue entre ce bouclier fémoral et le plateau en plastique.
prothese totale de genou mouvements interdits prothese de genou totale prothese totale du genou reeducation docteur anthony wajsfisz chirurgien orthopediste specialiste du genou a paris
Il existe différentes méthodes d’implantation des PTG.
E

Prothèse totale de genou standard

La pose de prothèse de genou est réalisée de façon standard, à l’aide d’une instrumentation conventionnelle. Technique habituelle ayant fait preuve de son efficacité.
E

Prothèse totale de genou sur mesure

La prothèse totale de genou peut se faire sur-mesure. Des guides de coupe sur mesure sont confectionnés spécifiquement pour le patient, pour le positionnement idéal de sa prothèse totale de genou. Elles servent de canevas pour les coupes osseuses réalisées par le chirurgien. Cette méthode est très utile surtout s’il y a des antécédants chirurgicaux sur le membre inférieur concerné (féformation liée à une fracture par exemple)

Exemple de planification d’une PTG sur le logiciel avant de recevoir les guides de coupes personalisés.

prothese du genou nouvelle generation 2019 prothese genou avis prothese de genou totale docteur anthony wajsfisz chirurgien orthopediste specialiste du genou a paris
E

Prothèse totale de genou naviguée

L’opération peut se pratiquer sous assistance informatique pour contrôler les axes. Cela induit la nécessité d’ajout de broches supplémentaires durant l’intervention avec les risques qui en découlent
E

Prothèse totale de genou assisté par un robot

Actuellement en cours d’évaluation, cette technique confie les coupes de l’os à un bras robotique.

Les implants prothétiques sont les mêmes au final, quelque soit la technique de pose. Les différentes techniques de pose sont adaptées à chaque cas, selon les patients et leur genou.

=

Quelle est la durée d’hospitalisation pour une prothèse totale du genou ?

Le patient peut rentrer à son domicile le jour même (chirurgie ambulatoire). Au besoin, en cas de nécessité médicale, le patient reste hospitalisé une nuit. Des dispositions médicales sont mises en œuvre au domicile du patient pour la gestion de la douleur et la reprise de marche rapide
=

Quelles sont les suites opératoires des PTG ?

La reprise de la marche est immédiate dès la fin de l’opération. Les escaliers sont essayés dès le jour même.

Une attelle est proposée initialement pour mettre au repos le genou et diminuer la douleur. Celle-ci peut être completement retirée dès que le patient arrive à verrouiller son genou (à le garder seul tendu)…En général l’attelle est retirée dans la première semaine. La marche peut être accompagnée de cannes béquilles en sécurité, mais le poids entier du patient peut être mis sur le genou.

Un bas de contention est proposé sur le membre opéré pour lutter contre les oèdemes les 10 premiers jours

La kinésithérapie est débutée d’emblée, elle vise à redonner les amplitudes maximales du genou dès les premiers jours et à rétablir la contraction musculaire.

=

Quels sont les résultats attendus des PTG ?

On prévoit une marche autonome entre 2 et 6 semaines selon les patients et leur motivation. Les sports en décharge come le vélo et la natation peuvent être réalisés au bout d’un mois. Les autres sports à impact modérés devront attendre l’incorporation complète de la prothèse entre 3 et 4 mois.

Les résultats finaux de la disparition complète de la douleur et de l’adaption du corps à sa nouvelle morphologie sont attendus entre 2 et 4 mois. L’avantage des PTG est la longévité des implants et la possibilité de redresser un membre inférieur desaxé. Il est tout de même plus difficile d’oublier complétement sa prothèse qui reste assez encombrante.

=

Quels sont les risques d’une PTG ?

E

Infection du genou

Le risque infictieux existe même s’il est très rare. Il se manifeste souvent par une inflammation de la cicatrice et un ecoulement purulent. Dans ce cas là, un nettoyage chirurgical est recommandé avec un changement de la PUC selon le delai d’intervention et une prise d’antibiotiques pour 6 semaines en général.

E

Saignement / engourdissement : lésions artérielles et neurologiques

Les risques rares incluent le saignement d’une blessure aiguë, et la faiblesse ou la paralysie de la jambe ou du pied.
E

Caillot de sang / Phlébite

Bien que rare, le caillot sanguin dans les veines du mollet ou de la cuisse est une complication potentiellement mortelle. Un caillot de sang peut se rompre dans la circulation sanguine et se rendre dans les poumons, causant une embolie pulmonaire ou au cerveau, provoquant un accident vasculaire cérébral. C’est pourquoi, un traitement préventif par anticoagulant est mis en place en post-opératoire.
E

Descellment / Absence d’incorporation de la PTG dans l’os

Il arrive parfois que la PTG ne s’incorpore pas dans l’os : on parle de descellement ou non incorporation des implants. Cela peut nécessiter une reprise chirurgicale pour refixer les implants.
E

Fracture – Déplacement de la PTG

Il arrive parfois que l’os soit fragile ou fragilisé par l’intervention, favorisant la survenue d’une fracture sous les contraintes : la PTG peut alors s’enfoncer et nécessiter son changement. L’os autour de la PTG peut aussi se fracturer et nécessiter une intervention chirurgicale pour le réparer à l’aide de vis et plaques au besoin.

Exemple d’une fracture au dessus d’une PTG.
fracture periprothetique genou prothese genou reeducation prothese genou complications docteur anthony wajsfisz chirurgien orthopediste specialiste du genou a paris
E

Raideur du genou

Des raideurs au genou ou une perte de mouvement ont été observées par certains patients après une intervention chirurgicale. Les raideurs en flexion, peuvent être combattues par une mobilisation du genou précoce sous anesthésie. Les raideurs en extension sont travaillées en kinésithérapie, voir peuvent nécéssiter parfois une nouvelle intervention.
E

Douleur au genou

La douleur du genou en postopératoire est parfois présente localement mais peut s’étendre au genou si un syndrome douloureux régional se met en place (algodystrophie). Cette douleur finit par partir seule.
E

Trouble de sensibilité cutanée

Après toute intervention sur le genou, des petits rameaux nerveux sont coupés lors de l’ouverture du genou. Cela peut entraîner des pertes de la sensibilité de la surface cutanée (surface plus ou moins importante) qui ne présentent aucun retentissement moteur ou fonctionnel. Ce petit désagrément finit par être “reconnu” par le corps et le cerveau qui s’y habitue et le fait oublier.
dr wajsfisz avis docteur anthony wajsfisz chirurgien du genou a paris specialiste genou paris

Docteur Anthony Wajsfisz – chirurgien du genou spécialiste, à Paris

Qu'avez-vous pensé de cette page ?

Note moyenne 4.5 / 5. Nombre de notes : 8

We are sorry that this post was not useful for you!

Let us improve this post!

Tell us how we can improve this post?