Chirurgie des épines tibiales

radiographie epine tibiale définition epine tibiale genou docteur anthony wajsfisz chirurgien orthopediste specialiste du genou a paris

Sommaire – Accès rapide

Immédiatement après la blessure, les patients ressentent habituellement de la douleur et un gonflement, accompagnés par une instabilité du genou. En résultent : une perte de l’amplitude de mouvement, de la douleur ou de la sensibilité le long de la ligne articulaire, ainsi qu’un inconfort pendant la marche.

Lorsqu’un patient avec une avulsion des épines tibiales est initialement vu pour une évaluation en clinique, le médecin demande des radiographies. L’avulsion des épines tibiales se voit sur une radiographie standard, en cas de doute un scanner permet de confirmer le diagnostic. Le médecin peut également ordonner un examen d’imagerie par résonance magnétique (IRM) pour évaluer l’état du LCA et vérifier la présence de lésions à d’autres ligaments du genou, du ménisque ou du cartilage articulaire.

=

Traitement non chirurgical des arrachements des épines tibiales

Dans le traitement non chirurgical des avulsions des épines tibiales, le protocole doit bloquer le genou en extension pour une durée de 6 semaines dans une attelle avec un appui autorisé. La kinésithérapie qui suivra cette période est essentielle, car les risques de raideur en flexion sont importants.

Le traitement non chirurgical est proposé aux fractures non déplacées des épines tibiales avec un contrôle radiographique durant la période d’immobilisation

=

Traitement chirurgical des arrachements des épines tibiales

L’arrachement des épines tibiales doit être traité comme une fracture afin de restaurer la fixation du LCA qui s’insère dessus. Le traitement chirurgical intéresse essentiellement les arrachements déplacés des épines tibiales.

Radiographie montrant un arrachement déplacé des épines tibiales

radiographie epine tibiale définition epine tibiale genou docteur anthony wajsfisz chirurgien orthopediste specialiste du genou a paris
E

Quand opérer ?

Il s’agit d’une chirurgie semi-urgente qui doit profiter du potentiel de cicatrisation de l’os.
E

Quelle anesthésie ?

Le patient, le chirurgien et l’anesthésiste choisissent l’anesthésie utilisée pour la chirurgie. Habituellement une anesthésie loco-régionale est favorisée. De nouvelles techniques anesthésiques permettent de prolonger l’efficacité du traitement de la douleur au-delà du temps chirurgical.
E

Phase pré-opératoire sous anesthesie

La chirurgie commence habituellement par un examen du genou du patient sous anesthésie. Cet examen final est utilisé pour confirmer que le LCA est non fonctionnel et bien évaluer la laxité. Il permet également de vérifier la présence d’autres ligaments du genou qui pourraient devoir être réparés pendant la chirurgie ou traités en postopératoire.
E

Phase opératoire

L’intervention peut être menée sous arthroscopie (=caméra) à l’aide de toutes petites incisions, le but étant de refixer le pavé osseux à l’aide d’implants ou de fils qui tractent le pavé avulsé contre le plateau tibial.

Technique de fixation des épines tibiales arthroscopique par un double-endobutton. L’implant est passé à travers le pavé osseux (flèche jeune). Il se déploie et par une traction externe (flèche rouge), le pavé osseux se plaque au plateau tibial et retend le LCA.

endo bouton ligamentoplastie endobouton genou docteur anthony wajsfisz chirurgien orthopediste specialiste du genou a paris
Radiographie d’une fixation des épines tibiales par double-endobutton
radiographie de fixation des epines tibiales anatomie docteur anthony wajsfisz chirurgien orthopediste specialiste du genou a paris
E

Quelle est la durée d’hospitalisation ?

Le patient rentre habituellement à son domicile le jour même (chirurgie ambulatoire). Au besoin, en cas de nécessité médicale, le patient peut rester hospitalisé une nuit.
=

Quelles sont les suites opératoires ?

E

Gestion de la Douleur

Après la chirurgie, il est normal de ressentir une certaine douleur. Cela fait partie du processus naturel de guérison. Le médecin fait en sorte de réduire la douleur, notamment pour aider le patient à récupérer plus rapidement de la chirurgie.

Nos patients sont tous inscrits dans un protocole RAC (Récupération Rapide Après Chirurgie) qui consiste à diminuer au mieux la douleur afin d’entreprendre une récupération dès la levée de l’anesthésie. Pour cela les équipes d’anesthésie utilisent tous les moyens à leur disposition :

  • Les différents médicaments contre la douleur (tous les paliers possibles)
  • La réassurance et l’éducation
  • La cryothérapie compressive
  • Les blocs ou catheters endormant les nerfs
  • L’hypnothérapie

Les médicaments sont souvent prescrits pour le soulagement de la douleur à court terme après la chirurgie. Il est en revanche important de signaler au médecin toute douleur n’ayant pas faibli dans les quelques jours suivant la chirurgie.

E

La rééducation

La kinésithérapie est une partie cruciale de la réussite de cette chirurgie, avec des exercices commençant immédiatement après la chirurgie. Une grande partie du succès de cette chirurgie dépend de l’implication du patient à un suivi rigoureux. Avec de nouvelles techniques chirurgicales et une meilleure fixation du pavé osseux, la kinésithérapie actuelle utilise un processus de réadaptation accéléré.

Suivi postopératoire de rééducation

Dans les 10 à 14 jours qui suivent la chirurgie, la plaie reste propre et sèche et l’accent est mis sur la récupération de l’extension du genou (redresser complètement le genou l’horizontal) et à rétablir le contrôle du quadriceps.

Le genou est glacé régulièrement pour réduire le gonflement et la douleur. Le chirurgien peut favoriser l’utilisation d’une orthèse postopératoire et l’utilisation d’une machine pour déplacer le genou à travers son amplitude de mouvement. L’utilisation de béquilles est également déterminée par la préférence du médecin, en partie selon les éventuelles autres blessures traitées au moment de la chirurgie.

Habituellement le port des béquilles est recommandé pour aider la marche pendant 3 semaines.

Rééducation

Les objectifs pour la rééducation suite à cette fixation osseuse comprennent la réduction du gonflement du genou, le maintien de la mobilité de la rotule pour prévenir les problèmes de douleur au genou antérieur, la reprise du mouvement du genou, et le renforcement des quadriceps et des ischio-jambiers.

Reprise du sport

Le patient peut reprendre ses activités sportives après l’intégration de l’os dans le corps, lorsqu’il n’y a plus de douleur, lorsque l’amplitude complète du mouvement du genou a été atteinte et lorsque la force musculaire, l’endurance et l’utilisation fonctionnelle de la jambe ont été entièrement rétablies.

Le sens de l’équilibre et le contrôle de la jambe du patient doivent également être restaurés grâce à des exercices conçus pour améliorer le contrôle neuromusculaire. Cela prend habituellement de 3 mois dans ce contexte. L’utilisation d’une attelle fonctionnelle lors du retour au sport n’est idéalement pas nécessaire, mais certains patients peuvent ressentir un plus grand sentiment de sécurité en en portant une.

E

Complications éventuelles de la fixation des épines tibiales

Infection du genou

La probabilité d’infection après la fixation arthroscopique est très faible (0,1%).

Saignement / engourdissement

Les risques rares incluent le saignement d’une blessure aiguë, et la faiblesse ou la paralysie de la jambe ou du pied. Il n’est pas rare d’avoir un engourdissement de la partie externe de la jambe supérieure à côté de l’incision, qui peut être temporaire ou permanente.

Caillot de sang / Phlébite

Bien que rare, le caillot sanguin dans les veines du mollet ou de la cuisse est une complication potentiellement mortelle. Un caillot de sang peut se rompre dans la circulation sanguine et se rendre dans les poumons, causant une embolie pulmonaire ou au cerveau, provoquant un accident vasculaire cérébral. C’est pourquoi, un traitement préventif par anticoagulant est mis en place en post-opératoire

Instabilité

Une instabilité récurrente due à la détente du LCA refixé peut nécessiter de reconstruire secondairement ce LCA par une autogreffe

Raideur du genou

Des raideurs au genou ou une perte de mouvement ont été observées par certains patients après une intervention chirurgicale. Les raideurs en flexion, peuvent être combattues par une mobilisation du genou précoce sous anesthésie. Les raideurs en extension sont travaillées en kinésithérapie, voir peuvent nécessiter une nouvelle arthroscopie pour nettoyer un tissu fibreux installé en avant du LCA : cette complication reste assez fréquente dans les fixations des épines tibiales.

Douleur au genou

La douleur antérieure du genou en postopératoire est plus fréquente après la reconstruction du ligament croisé antérieur autogreffe du tendon rotulien. L’incidence de cette douleur varie considérablement dans les études.

Trouble de sensibilité cutanée

Après toute intervention sur le genou, des petits rameaux nerveux sont coupés lors de l’ouverture du genou. Cela peut entraîner des pertes de la sensibilité de la surface cutanée (surface plus ou moins importante) qui ne présentent aucun retentissement moteur ou fonctionnel. Ce petit désagrément finit par être “reconnu” par le corps et le cerveau qui s’y habitue et le fait oublier.

dr wajsfisz avis docteur anthony wajsfisz chirurgien du genou a paris specialiste genou paris

Docteur Anthony Wajsfisz – chirurgien du genou spécialiste, à Paris

Qu'avez-vous pensé de cette page ?

Note moyenne 4.4 / 5. Nombre de notes : 12

We are sorry that this post was not useful for you!

Let us improve this post!

Tell us how we can improve this post?